LOUIS PERCEAU
Flèche

Louis Perceau Coulon 01Né le 22/09/1883 à Coulon, fils d’Alexandre, tailleur et de Clara Léopoldine RODE, il est décédé le 20/04/1942 à Paris et inhumé au cimetière du Père Lachaise à Paris.

Marié le 07/08/1920 à Paris 18eme avec Marguerite Mélanie BERTIN

Jeune tailleur d’habits, épris de poésie, Louis Perceau deviendra, par le hasard de sa rencontre avec Guillaume Apollinaire et Fernand Fleuret dans les salles de lectures de la Bibliothèque Nationale en 1909, le premier bibliographe de « l'Enfer », la collection d'ouvrages susceptibles d'offenser la pudeur des lecteurs.
Il a fait usage de divers pseudonymes pour ses publications, dont : Helpey, bibliographe poitevin, Dr Ludovico Hernandez, chevalier de Percefleur, Radeville et Deschamps, un vieux journaliste, Alexandre de Vérineau et marquis Boniface de Richequeue, parfois conjointement avec Fernand Fleuret.

Louis  est à Paris dès 1901. Il deviendra rédacteur à « La Guerre Sociale » et à « la Vie Socialiste », son militantisme socialiste lui vaudra l’amitié de Jean Jaurès, Gustave Hervé ou Albert Thomas.

En 1920 il participe à la refondation du parti socialiste.

Il est passionné par la poésie satirique, les écrits érotiques et la recherche bibliographique savante. Ses deux ouvrages les plus réputés reflètent bien ses passions : L’Enfer de la Bibliothèque nationale avec Guillaume Apollinaire et Fernand Fleuret publié en 1913 ; La Redoute des contrepèteries publié en 1934.

Début 1942, il entre en résistance et se lance dans un procès contre la revue antisémite « Je suis partout », mais il décède peu après. Ses cendres se trouvent au columbarium du Père Lachaise, (case 976)

En son honneur, la Médiathèque de Coulon a été baptisée « Médiathèque Louis Perceau ».